Notre style de Tai-Chi Chuan

Contrairement à ce que l’on croit, le Tai-Chi Chuan est une discipline martiale très récente datant de la fin du 19e siècle. Très ésotérique, la discipline puise toutefois ses racines dans la philosophie chinoise, et notamment dans la branche de celle-ci qui cherche à expliquer la formation de l’Univers. 

A partir de Wuji (le vide ou néant) surgissent soudainement deux forces opposées mais complémentaires appelées Yin et Yang. C’est la conjugaison de ces deux forces, leur expression qu’on appelle Tai-Chi. Le Tai-Chi Chuan (Chuan voulant dire Technique ou Boxe) est donc la boxe ou technique martiale qui met en application deux forces. Notre Tai-Chi Chuan respecte cette notion de Wuji (ou Wuchi). Le Wuji est réellement fondamental dans notre Art. C’est là qu’est la force qui par le Yi (la pensée) va s’exprimer dans les éléments du Yin et du Yang. Newton n’a-t’il pas dit « Rien ne bouge s’il n’a pas une force motrice » ? Cette force motrice se développe en phases Yin (de vides) et Yang (de pleines) sans discontinuer, sans temps d’arrêt. Le Wuji n’étant d’ailleurs pas un temps d’arrêt, mais un temps où il y a « la plénitude dans le plein ». Notions que l’on retrouve dans le Yi Chuan ou dans le Da Chen Chuan. Le Tai-Chi Chuan étant un Art Martial, tout mouvement ne peut être qu’une action d’attaque (Yang) ou de défense (Yin). 

Notre style s’inspire de plusieurs formes de ce Tai-Chi. 

Dans la pratique de la forme Yang, nous voyons bien cet instant où le Wuji éclate. Les pieds sont joints, les bras ballants le long du corps. Soudain, mais sans précipitation, le pied gauche s’écarte du pied droit. Les bras se soulèvent telle l’énergie s’élevant du néant après le Big-Bang. Nous pratiquons le style dit composite, instinctif et évolutif à travers notamment du Tao du Poing Rond (« Chuan Chùan Tao ») ainsi que par comparaison et enrichissement mutuels la forme Yang dite « la forme des 24 mouvements de l’école Yang de Pékin » du Maître Yuan Zumou. 

Notre style est également issu de celui de la Grue et évidemment de l’Aigle, fondement de notre école. La lenteur permet d’augmenter la vitesse, notamment pour mieux accéder à la force explosive de l’école évolutive. La souplesse permet de la même façon d’améliorer cette force. 

Enfin, nous pratiquons le Tai-Chi du Bâton Court (assimilé à celui de l’épée). 

Notre Tai-Chi s’enrichit aussi par la pratique du Chi-Qong (travail de l’énergie), cette dernière discipline faisant partie intégrante de la Médecine Chinoise Traditionnelle. Contrairement au Tai-Chi, le Chi-Qong n’a pas de connotation obligatoirement martiale. 

« Les Huit Pièces de Brocart » attribué au Général Yue fait partie de notre entraînement. 

Enfin, nous pratiquons le Wu Jin Jing (classique de la transformation des muscles et tendons).

Les commentaires sont fermés.